Spéciale dédicace à Alain,

qui a-do-re attendre en cabine! clin d oeil (2)

Osez

 

 

C'était il y a quelques années, lors d'une mammo de contrôle. Vous savez comment ça se passe, enfin je parle aux filles ‘videmment : beaucoup de poireautage en salle d’attente pour trois secondes trente cinq d’exam, hop hop ! Surtout depuis qu’ils font ça à la chaîne avec la campagne de dépistage de l’Assurance-Maladie. Petite cabine, plif plaf mammo, re-petite cabine, plif-plif écho, en tout cas pour moi, et après re-attente. Le tout prend quinze minutes maximum.

Je me pointe donc dans la cabine à l’appel de mon nom. C’est pas la même manipulatrice que d’hab, celle-ci je ne la connais pas, une nouvelle, toute guillerette, elle me fait des plaisanteries sur la morne platitude de ma face avant et me propose même de me filer un peu des siens, qu’elle a effectivement en super forme-s. Elle n’attend pas ma réponse, de toutes façons j’aurais pas pu lui donner, elle vient de me saisir le sein droit et elle tire dessus comme si elle voulait me l’arracher, mais le machin tient bon, on peut pas en dire autant de mon moral en songeant que j’ai un deuxième sein !

Le second maintenant. Elle le croit extensible à souhait, elle confond avec du chewing-gum c’est sûr ! En plus c’est elle qui a la main et elle a pas l’intention de lâcher ! "Ne respirez plus !" qu’elle me fait. Elle plaisante ou quoi ? Je ne respire déjà plus !

Ouf, fini !!!! Elle m’invite à retourner dans la petite cabine "sans me rhabiller", comme d’hab. L’attente dure généralement quelques minutes, mais là, les minutes, je commence à les trouver longues. Bon OK je suis pas une nana qu’on qualifie à priori de patiente, mais quand même. Je regarde ma montre. Ah oui, un quart d’heure, quand même ! soudain, j’entends du bruit à côté. Une autre patiente est là, elle subit à son tour la machine de torture. M’enfin ? Ça ne se passe pas comme ça d’habitude ! Sont gonflés quand même ! Vont quand même pas me faire passer devant une autre dame à demi-nue ? On a sa pudeur, nan mais !

Ben non ! La porte de la cabine où je suis se ferme violemment, et on y donne un tour de verrou. Mazette ! C’est quoi ce binz ???

Bon. Qu’est-ce que je pourrais bien faire pour m’occuper ? Et si je récitais des fables de la Fontaine ? Oui, bonne idée.  

"Socrate un jour faisant bâtir

Chacun censurait son ouvrage .."

Quatre fables plus tard ....

Pffffffff. Une demi-heure que je suis là-dedans. Ras-le-bol ! Tiens, je vais prendre des photos. Bon, en même temps, ya strictement rien à photographier dans une cabine de radiologie. Juste un miroir. Je m’admire dedans. En même temps, je suis toute seule avec moi, alors je vois pas qui je pourrais regarder d’autre ! Mes petits seins sont tout rougis. Allez, c’est fini mes tout petits, la vilaine dame ne va pas revenir. Enfin, si, j’espère, mais pas pour tirer dessus et les relâcher en faisant dzoïng !

Ça me rappelle un truc. C’était ya super longtemps, un ou deux millénaires, je sortais avec un mec, un soir on rentre après une soirée bien arrosée, direct chez lui où j’étais jamais allée. On arrive dans sa chambre, et quoi me saute à la face, juste au dessus de son lit ? Un poster XXL d’une nana à poil, ou quasi, puisque la pauvre n’était vêtue que de bouts de ficelle ne laissant aucun doute sur la taille de ses seins (même format que le poster).

- Ben quoi ? qu’il me fait, c’est bon pour l’âme de voir quelque chose de beau au réveil ! j’ouvre les yeux et cette merveille me fait de l’œil. C’est fantastique !

- Merveille ??? lui rétorque-je, l’air affligé. Si tu veux regarder les seins de quelqu’un, t’as les miens !

- Ambre, ça t’échappe peut-être, mais deux œufs au plat n’ont pas exactement le même impact qu’une paire de gros melons !

C’est comme ça que ma première et seule nuit chez lui, je l’ai passée seule dans son lit, après lui avoir balancé un coup de poing dans le nez et que lui l’a finie (la nuit) sur son canap.

Le lendemain matin, il est à mes genoux avec un plateau de ptit dej.

- Comme tu peux le constater, me fait-il, dans la poubelle nous avons un poster déchiré, anciennement pin-up aux horribles nichons; en face de moi, deux œufs au plat parfaitement ronds et joliment formés. Je peux toucher ? Au fait, où t'as appris une droite pareille ?

- Ils proposaient des cours d’auto-défense à côté de mon boulot l’année dernière…

- T’as jamais pensé à prendre des cours de maîtrise de toi, plutôt ? J’ai saigné du nez toute la nuit ! Je plains le pauvre type qui essaiera de t’agresser, il finira dans un fauteuil !

D’un seul coup je suis tirée de mes rêveries par un coup sur la porte, qui s’ouvre vivement. C’est la doctoresse. Ah, enfin !

- Vous êtes Madame Machin ?

- Ah non moi c’est Madame Neige.

- J’ai perdu Madame Machin !!!!!!! Je la retrouve plus !!!!!!!

Et vlan ! Elle me re-claque la porte au nez !

Bon, ben voilà. Je crois qu’à un moment, il faut savoir se faire une raison. Quel dommage de n’avoir pas emmené de quoi tricoter. On n’y pense pas assez, à emmener de la laine et des aiguilles pour les longues heures d’attente dans les cabines de radiologie, les seins à l’air. À vrai dire, ça fait un bail que je me suis rhabillée. Trois quart d’heure, quand même ! Je commence à me cailler. Ya bien un bidule invitant à appuyer sur le bouton pour avoir du chauffage, mais dans un espace aussi réduit, j’ai peur qu’on me retrouve archi-cuite quand quelqu’un pensera à venir me rechercher. J’imagine déjà les titres dans les journaux : "Une pauvre femme retrouvée carbonisée dans une cabine de radiologie, avec une barbe d’une semaine".

Ah, enfin ! La porte se rouvre ! Cette fois c’est bon, je passe l’écho !!!!! Ça dure trois secondes, juste le temps pour la doctoresse de me faire des réflexions désagréables parce que les ponctions qu’on m’a faites les autres années l’empêchent de m’examiner aisément. Comme si c’était ma faute ! Purée, cette année elle n’est vraiment pas de bonne humeur ! Son mec vient de la plaquer, ou bien ?

Je finis par lui demander si elle a vu quelque chose sur la mammo, vu qu’elle ne m’en parle même pas. Ya rien !!! Youpiiiiiiii !!! Bon allez : je lui pardonne sa mauvaise humeur !!!!