2010 13 aout 144

 

Vous vous en doutez peut-être, mes filles ont lu ce que j'ai écrit sur l'histoire de ma famille et en particulier sur mon ancêtre Julie. Du coup elles m'ont demandé de faire la même chose du côté de leur père, "Mais pareil hein, Maman, une jolie histoire comme tu sais si bien raconter !"

Me voilà donc partie en Touraine. C’est joli la Touraine, et puis ça change du Nord et des corons. La Touraine, ça chante au son des clapotis de petites rivières qui gazouillent autour de vallées fertiles. Tiens, ça me donne envie de la découvrir en vrai, à pied. Il y en a bien qui vont à Compostelle, alors pourquoi pas en Touraine ? (j’espère qu’il y a des piscines).

À vrai dire, j’adore ça. Non pas accumuler des noms et des dates – maintenant, en trois clics on remonte cinq générations, il n’y a même plus l’impatience de l’attente, le plaisir de la découverte, la fébrilité lorsqu’on déchire l’enveloppe tant espérée.. les crises de fou-rire, aussi (eh oui, je m'amusais toute seule) quand je répondais en flamand (un flamand très personnel) aux courriers de Belgique en imaginant la tête du bourgmestre essayant de décrypter ma missive (je l’ai déjà dit, je suis d’ascendance suisse et belge, ça ne s’invente pas !).

Non, ce que j'aime surtout, c'est découvrir les personnes qui se cachent derrière tous ces noms, reconstituer leur histoire, imaginer le lieu où elles ont vécu, les gens qui les ont entourées, ceux qui les ont blessées, aimées....

Ce que j’aime, ce sont les détails minuscules, ceux qui passent inaperçus sur les registres mais qui pourtant vont faire toute la différence. J’aime cueillir les annotations en marge et les parenthèses qui par le miracle de l’écriture vont devenir le matériau qui me permettra de tutoyer l’émotion...

Sortir la musique des âmes, pour reprendre la si jolie expression de Marie K. Voilà ce que j’aime.

.•*´¨)
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ (¸.•*´¯`*•.¸