souris1

Il m’est arrivé un truc affreux hier soir : juste après avoir fermé mes volets, j’ai vu une grosse bestiole traverser mon séjour. Genre, une souris. Purée, j’ai eu peur! Je n’aime pas les bestioles qui traversent ma salle comme ça sans prévenir. Je suis restée sans bouger pendant quelques instants, le temps de réaliser que la chose s’était planquée derrière mes sous-mains (je me fabrique des sous-mains avec les grands calendriers dont je ne me sers plus, et comme j’en change tous les ans (de calendriers) j’en ai toute une collection (de sous-mains)).

Bref, pour en revenir à ma bestiole, j’ai fini par faire la seule chose qu’on peut faire en pareil cas : je suis montée sur un tabouret. Enfin quand je dis "je suis montée", c’est une façon de parler. Les tabourets que ma sœur m’a faits ne sont pas très hauts. Je suis sûre qu’en les fabriquant, pas une seconde elle n’a envisagé une attaque de souris ! Tout ça pour dire que je n’étais pas très en sécurité. En plus, au bout de cinq minutes, je commençais à me lasser (ça n’a rien à voir avec la patience (je suis un être très patient), c’est juste que je commençais à avoir des crampes. Amusez-vous à grimper sur un mini-tabouret en restant pendant cinq minutes sur la pointe des pieds avec les bras en l’air dans l’espoir qu’on vienne à votre secours, et on en reparle).

Oui alors donc, j’ai fini par prendre mon courage à deux mains ainsi que mon manche à balai et tout doucement, j’ai enlevé les sous-mains derrière lesquels la bête s’était réfugiée. Elle ne bougeait pas, mais je n’étais pas dupe !

Finalement, avec un sang-froid inouï et malgré sa taille, j’ai fini par la déloger de sa cachette :

CLIC CLIC

Non mais, vous avez vu la bête?

Et la longueur de sa queue?!!!!

Vous en êtes bé, hein ?