dimanche 4 juin 2017

En gris et noir

Hier, je me rends à la gare quand se pointent les prémices d’une migraine ophtalmique. Sur le quai, plus aucun doute n’est possible : des taches blanches et brillantes ne cessent de faire la gigue devant mes yeux, occultant mon champ de vision. Je suis sujette à ce genre de crise (sans doute un effet secondaire de ma grande zénitude en devenir), et pour la faire passer plus vite je m’allonge généralement dans le noir avec un bandeau sur les yeux. Je sais bien que les gens ne s’étonnent plus de rien (c’est vrai tout... [Lire la suite]