dimanche 11 mars 2018

Sans le bazar

Pendant les vacances de février, j’ai pesté contre le monde qu’il y avait à la piscine. Clairement, mes suppliques ont été entendues par les dieux qui passaient par là, à savoir ceux de la météo, parce qu’en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire je me suis retrouvée toute seule dans le bassin.. Le seul problème, c’est que le mercure était tombé dans un coma irréversible et avait disparu en même temps que la foule, si bien que pour me déshabiller et me jeter dans mon eau chérie il a quand même fallu que je me motive un max... [Lire la suite]