P_20190601_091542

.

Une semaine, déjà. Il y a une semaine tout était prêt pour l’anniv de mon petit-fils, celui qui m’a rendue grand-mère. Tout était prêt, le repas, les cadeaux, la déco et la fête dans le cœur. Oh, bien sûr, j’avais émis des réserves, parce que je me traînais depuis plusieurs jours.

Finalement, ce jour-là je l’ai passé aux urgences. Quitté l’étuve chez moi, j’étais au frais. J’avais envie qu’on me garde à l’hosto, qu’on s’occupe de moi. Pour changer.

La grippe, a dit le docteur. Je ne savais même pas qu’on pouvait avoir la grippe en été. Je suis tellement fatiguée. Mais que dire. Je ne suis pas sdf, je suis en bonne santé, je ne souffre pas de handicap. Je suis juste fatiguée, tellement fatiguée. Fatiguée de me taire, fatiguée de faire semblant d’être heureuse, fatiguée d’écouter les plaintes et les jérémiades, fatiguée de mes autres qui comptent sur moi, m’appellent, se plaignent, raccrochent. Et moi ? Et moi ? Et moi, et moi ?

Fatiguée d’être celle qui relie, les cousins, les tantes. Mes cousins, est-ce qu’ils m’appellent, eux ? 

Comment leur en vouloir ? Tout le temps je vais au-devant des besoins des autres, ils n’ont pas encore ouvert la bouche que je leur propose, pourquoi ? Pourquoi je fais ça ? Pourquoi je suis comme ça ?

Ma parente du nord décédée à 99 ans. Il y a deux mois ! La dernière personne qui me rattachait à Julie.

Fatiguée du passé.

"Il faut nous aimer sur Terre, il faut nous aimer Vivants".  

Je n’ai pas allumé mon PC pendant quatre jours. Je n’ai pas allumé la télé. J’ai laissé sonner le téléphone.

Je me suis reposée, j’ai écouté le silence, la tondeuse du voisin et les petits oiseaux quand la tondeuse s’arrêtait.

J’ai fermé les yeux.

Je me suis reposée.