Une jolie surprise hier matin, le livre de Coum’ est arrivé ! Je n’y croyais plus ! Coum d’ailleurs m’avait indiqué que l’éditeur Traces de vie avait fermé boutique et je venais d’annuler la commande pour pouvoir l’acheter ailleurs. Et hier  matin, sms du libraire du Leclerc : "Votre livre L’enfant à l’endroit .. est arrivé" !

En sortant de la piscine je suis allée chercher mon livre avant de rentrer. Il y a moins de trains le samedi et comme j’avais vingt minutes à attendre, j’ai commencé à lire.

Happée. Happée dès le début. Coum’ ! Tu m’as fait pénétrer dans le monde où depuis toujours, je me sens "chez moi"!

Je dois te faire un aveu : si c'est le seul livre de toi que je n’avais pas encore lu, c’est parce que j’avais peur. Peur des similitudes avec ma propre histoire, peur que mes démons se réveillent, peur que les souffrances d’enfant se réactivent. Pas envie d’être replongée dedans, envie de tourner la page.  

J’ai manqué de confiance, Coum, pardon. J’ai manqué de confiance en toi, la petite fille qui me ressemble : avec un rire et avec une larme. Je le savais, pourtant. Depuis tout ce temps, je le savais, non ? Depuis toutes ces années, nos chemins se croisent, se décroisent, se croisent encore et encore! À l’endroit, à l’envers. Comme les mailles de ma mère lorsqu’elle tricotait, les yeux, les mains, la tête occupés. Anesthésiés. Que fuyait-elle, ma Maman tricoteuse, rang après rang, bien protégée ?

C’est drôle, c’est l’anniversaire de ma sœur aujourd’hui, ma sœur de sang. Et pour l’anniversaire de mon autre moi, je découvre l’histoire d’une sœur d’enfance qui continue qui recommence : toi. Toi qui 'aime lire, encore et encore, plonger dans des histoires où les petites filles ne sont pas des poupées, mais des enfants libres et heureux, qui courent et qui volent partout, comme des louves rapides ou des papillons légers'.  

Merci Coum, merci pour ce cadeau d’anniversaire. C'est un joli cadeau.

Merci.

 

L'enfant à l'endroit l'enfant à l'envers, Nicole Versailles.