Midi, dimanche.

Cinq couverts sur la table, habillée pour l’occasion de sa plus belle nappe.

Quiche lorraine (à ma façon, i.e. ce qu’il y avait dans le frigo) engloutie en deux secondes, poulet en son miel et carottes au persil frais et à la crème. Et bien entendu, un gâteau au chocolat.

Ce que j’aime quand je reçois mes petits-enfants, c’est qu’ils aiment toujours ce que je prépare ! Ça me change de mon fils, qui, me tournicotant autour lorsqu’il avait faim..

(moi) Ce n’est pas encore prêt !

(lui) C'est pas encore brûlé, tu veux dire?

Alors que mes petits-fils :

Une tuerie ton plat ! (Comme ce poulet est goûteux !), Ça arrache les carottes ! (Ces apiacées sont d’un parfumé !) L’en reste, du gâteau ? (Ce gâteau, un baiser !)

Peut-être que, comme le vin, je me bonifie avec l’âge, au moins dans le domaine culinaire!

Toujours est-il qu’à la fin du repas, après que j’eus autorisé les garçons à quitter la table (Vaquez, vaquez!)(Le cadet au plus jeune: Ça veut dire Casse-toi!), ils n’ont fait aucune difficulté à se laisser photographier, alors que j’ai toujours un mal fou à n’avoir ne serait-ce qu’un cliché !

Quelle belle journée !