en-train-lire-au-lit2

Tout d’abord et avant toute chose, je vous remercie. De vos mots, d’être là, de lire sans commenter, de commenter sans lire (peut-être), de m’offrir ce que je prends pour de l’amour, de l’amitié et de l’intérêt et qui me fait tant de bien. Je crois que je ferai la meule toute ma vie, toujours à réclamer, aimez-moi aimez-moi aimez-moaaaaaaaaaa ! Ben tant pis hein, je suis comme ça !

Bien alors depuis quelques temps ça se passe comme ça : j’engloutis un livre, je l’avale tout rond, ça a été le cas de "J’ai encore menti" suggéré par Sophie, suivi de près par Max Gallo, "Bleu blanc rouge" que j'avais pourtant déjà lu, j’adore cet homme ! Il écrit bien, il sait tout, même s’il raconte des choses que je connais je ne m’en lasse pas, j’adore l’Histoire! Oui je sais, Max Gallo est mort, mais jamais il ne mourra, c’est mort.

Oui et donc, arrivée au bas de la 1183e page de Bleu Blanc Rouge, arrive le moment que je redoute, cette sorte de vide, de désertion de quand le livre est fini.

Le soir suivant, je me plante pendant plusieurs minutes devant ma bibliothèque (dit-elle pompeusement).

Je prends quatre, cinq livres. Je les commence tous, j’arrête à la dixième page. Je choisis pourtant des livres que j’ai aimés, dévorés. La sauce ne prend pas.

Oui parce qu’en fait, je relis mes livres. À part quelques rares accidents de parcours, depuis que j’ai fait du vide dans mes bouquins (il y en avait jusque dans le couloir et la cuisine, ça devenait grave) et après de sérieux pourparlers avec mon porte-monnaie j’ai décidé de ne plus en acheter.

Depuis hier je teste la relecture  de "Pour un soir seulement" (j'espère que le titre n'est pas prémonitoire).

Et vous ?

Avec vos livres ça se passe bien ?