Chers amis,

je pensais vous faire lire en plusieurs jours la suite de ce chef-d'oeuvre de la littérature enfantine, mais devant votre impatience, la mienne, et surtout celle d'Émilia (devant plus fort que moi, je m'incline) me revoici déjà pour le second épisode.

Le début de cette intrigue passionnante se trouve ici (CLIC).

 

2 Ac ses levres rouges

 

Or donc, la Reine vient d’apprendre de la bouche même de son coach que Blanche-Neige, cette minette qui ne sait rien de la vie, est plus belle qu’elle. Ça lui fait un choc terrible. Bon OK, elle-même n’est plus une première main, mais au moins elle a de l’expérience, et ça, BN (Blanche-Neige) ne peut pas en dire autant ! La Reine est vraiment furieuse. Le coach, elle en aurait bien fait son 5 à 7 (oui, parce qu’en fait, c’est une cougar qui s’ignore), mais le pauvre chéri n’a plus l’air de savoir où il habite ! Décidément, si BN fait cet effet-là à tous les mâles qui passent, il est urgent de s’en débarrasser au plus vite !

La Reine qui ne décolère pas appelle son valet et lui ordonne d’emmener la jeune princesse dans la forêt et là, de la zigouiller ! Inutile de faire dans la demi-mesure ! Pour être sûre qu’il ne se laissera pas attendrir comme l'autre crétin, elle lui tend un coffret en lui demandant d’arracher le cœur de la princesse et de lui ramener dans la boîte (heureusement que c’est un conte pour enfants, je n'ose imaginer la version gore !!).

Le valet propose donc à BN de le suivre en forêt. Alors déjà, on pourrait se dire que c'est bizarre que BN ne s'étonne même pas de cette proposition super louche ! Bon OK, on peut supputer que personne ne lui a jamais dit qu'il ne faut pas suivre les messieurs libidineux, avec ces idées qui leur passent par l'esprit lorsqu'ils les perdent, leurs esprits, mais passons. Depuis le début je la trouve un peu nuche, la Blanche-Neige, une vraie bedoume! D'ailleurs je pense à un truc, ce surnom de Neige qu'on m'a donné, il n'y aurait pas un rapport, tout de même? Passons!! Où en étions-nous ? Ah oui, les trucs louches en forêt. Donc BN suit le valet en chantonnant, exactement comme quand elle fait le ménage, et lorsqu’ils sont arrivés tous les deux au cœur de la forêt, d’un seul coup surgit hors de la nuit un poignard étincelant, celui que le valet brandit au dessus de sa tête en tremblant. Ben oui il tremble : pourquoi doit-il la tuer déjà ? Ah oui, parce qu’elle est belle ! Tu parles d’une raison ! En plus qu’il est tout émoustillé à l’idée de lui dégrafer son corsage (pour lui arracher le cœur ! À quoi pensiez-vous donc ?), oui donc il est tout tremblant d'être troublé et quand BN qui ne s’est aperçu de rien se retourne, elle le voit à genoux devant elle avec son poignard entre les mains et des grosses larmes dans les yeux et elle lui fait, toute étonnée :

"Ben qu’est-ce qui vous arrive ? Une crise d’arthrose ?"

Alors le valet qui a perdu la tête la conjure de l’épouser, il ne peut pas vivre sans elle, il n’en peut plus de la voir dans le château tout récurer de ses douces mains blanches en chantonnant bêtement avec ses lèvres rouges et les oiseaux autour (dans les contes, non seulement les oiseaux chantent mais ils parlent, aussi !).

BN se dit qu’elle a dû rater un épisode, normalement c’est un Prince Charmant qui doit la demander en mariage, pas un vieux même pas riche !! Et pas au début du conte alors qu'il ne s’est encore rien passé, qu’est-ce que c’est que ce scénario débile ? Alors, se drapant dans sa dignité elle déclare :

"Je préfère les hommes qui enlèvent leur pantalon en mon honneur plutôt qu’un seul qui me le fasse repasser !"

Sur ces mots, elle le plante là en courant, le laissant se frapper le crâne contre un arbre en répétant "Mais pourquoi j'l’ai pas sautée ? Mais pourquoi j'l’ai pas sautée ??"

 

(à suivre!)