crayons epluchure

Oh la la que je suis contente de m’être confiée à vous ! Je vous remercie infiniment de la générosité avec laquelle vous avez accueilli mes plaintes, je vous remercie pour vos douceurs, pour vos bras, tous vos longs bras qui m’ont serrée sur votre cœur. Merci. J’ai ressenti le même bien-être que quand je voyais une personne (dans une autre vie, je l’ai croisée ici et là) (indice : il est Suisse), eh bien pour dire adieu (le bonjour/au revoir helvète) il me serrait contre son coeur, tout au milieu de ses bras. Eh bien voyez-vous, à chaque mot que j’ai lu de chacun et de chacune d’entre vous j’ai ressenti ça : le bien-être, la chaleur des bras de cet homme, un truc de ouf, un truc totalement magique. Vos mots m’ont sortie de l’abattement. En tout cas, la source des larmes s’est tarie. Peut-être est-ce provisoire, mais ça nous est bien égal n’est-ce pas ? Un jour après l’autre.

Ah, et aussi, merci-merci-merci d’avoir souri ou ri à mes jérémiades et surtout, de me l’avoir dit ! Parce qu’en fait voyez-vous, là niveau humour, je suis à mon maximum! Cette façon d’écrire vous a amusés ? Purée ! Savez-vous qu’il fut un temps où l’on venait sur mon blog dans le but unique de se fendre la pêche et de me secouer pour faire remonter la pulpe ? Seulement voilà : il y a eu toutes ces choses (celles qui rendent plus fort quand elles ne vous tuent pas) et mon humour s’est fait la malle. Il me manque, si vous saviez ce qu’il me manque ! Vous comprenez (tremolos in ze voice), mon humour, c’était le pilier de mon édifice, la charpente de ma maison, la cloche de mon Église ! L’humour de ma vie, quoi !

Je vous en supprie mon Dieu, (parfaitement, je le supprie !), je vous en supprie, dites-lui de revenir !

Bien.

Merci aussi pour celui qui me connait si bien et qui sait que je me racrapote lorsque je souffre alors que c’est le contraire qu’il faut faire (i.e.: ne pas s’isoler) (mais j’ai beaucoup honte quand je suis comme ça).

Merci, merci à vous tous.

Bon alors sinon, il me semble que c’est l’anniv de l’un d’entre vous aujourd’hui (sauf si je me suis trompée de jour (ce qui est possible), il sera obligé de se reconnaître, même si je l’imagine bien le nez en l’air en sifflotant comme si on ne parlait pas de lui).

J’ai cherché un texte en rapport avec la Bretagne. Comme je n’en ai pas en stock je vais essayer de trouver quelque chose d’approchant, au moins géographiquement. Et si j’arrive à en trouver deux ou trois, il y en aura bien un qui tombera sur le bon jour [au cas où je me serais trompée]!

Je plonge donc dans mes archives et je vous reviens !

Belle journée à vous !

(¯`*´¯)
`*.¸.*
¸.*¨ ¸.*¨)
(¸. .´ ¸¸.`¨
*