Depuis hier je n’arrive plus à me connecter à l’espace administration de mon blog, ce qui me permet de vérifier avec un certain effroi et un désarroi certain à quel point je suis accro à ce truc.

En même temps, les addictions et moi, c’est une longue histoire. J’ai passé le premier tiers de ma vie à perdre connaissance avec une régularité de métronome, aussi le médecin de famille (ah oui, tiens, à l’époque des dinosaures on avait un médecin de famille !), le médecin, donc, avait annoncé que je manquais de sucre. En conséquence de quoi Maman s’est mise à me gaver de douze (douze !) morceaux de sucre par jour. Et après on se demande pourquoi je suis un bec sucré !

Devenue jeune femme ça aurait pu être l’alcool ou/et la bedo, surtout dans le milieu bien-êtrox et partageox où je vivais avec mon époux (depuis, ex), mais Dieu soit loué, une petite lumière de lucidité a dû me traverser le cerveau (je n’irai pas jusqu’à dire comme ma psy qu’il m’en a fallu du courage pour ne pas tomber là-dedans) (même si c’est tout-à-fait vrai). En revanche j’étais super accro à la clop, qui me l’a bien rendu. Après deux pneumothorax alors que j’étais encore jeune et belle et que je pouvais toujours servir, il a bien fallu qu’on se quitte. Les adieux furent déchirants, enfin surtout pour moi (j’ai bien cru que j’allais crever, ce qui en soi était plutôt marrant puisque c'est pour mourir moins vite que j'avais pris cette décision). Pour me consoler, je me suis lancée avec frénésie dans le seksse, mais plus on me remplissait plus je me sentais vide (ce qui est navrant, vous en conviendrez).

Tout ça pour dire que, oui, je suis addict à tout et à n’importe quoi, et même pas douée en canalbloguage, pas plus qu’en ordinateurage, ce qui n’arrange pas mes affaires (pour ce matin je passe par un autre navigateur comme me l’a obligeamment suggéré le support CB, mon sauveur).

Mais, et vous l’aurez compris, mon problème n’est pas tant de ne pas pouvoir accéder au blog que l’impression que j’ai de ne pas y survivre.

En plus aujourd’hui c’est yoga ! Pf. Rester tranquille et respirer, comme si je n’avais que ça à faire !

Ambre :la régularité. La régularité, ma fille, c’est ça qu’il te faut, et pas du n’importe quoi, n’importe comment, comme tu l’as toujours fait !

giphy