vent

Bonjour à vous en ce premier matin de week-end pascal !

Un soleil magnifique illumine l'Île-de-France. Rien ne me met plus en joie que d’ouvrir les volets sur une telle luminosité, même si la SNCF a décidé d’en profiter pour faire des travaux sur la ligne que j’emprunte pour aller à la piscine (et à partir de lundi soir nous enchaînons avec les grèves. Cool !).

Donc si je veux aller nager aujourd’hui ce sera à pied (entendez par là qu’il va me falloir me servir de mes jambes si je veux ensuite me servir de mes bras). Ceci étant, ai-je vraiment besoin de râler puisque j’ai la chance que la chose soit faisable ?

Et puis j’aurai du temps pour réfléchir à un nouveau terme qu’une de mes filles m’a appris, et qu’elle tient de son médecin himself : la conversion psychologique. Vous connaissez, vous ?

À ce que je crois comprendre – mais ce n’est que mon interprétation – ce serait un peu comme ce qu’il s’est passé lorsqu’après le décès de ma mère, à la date anniversaire où elle les avait eus je me suis mise à fabriquer les symptômes de la maladie qui l’a emportée (sans développer, Dieu soit loué, ladite maladie). Ou encore le nombre impressionnant de dérèglements, dysfonctionnements, interventions que j’ai subis avec une régularité de métronome et toujours aux mêmes dates, histoire qu’ils me martèlent leur message, qu’ils délogent les non-dits et me réveillent de leur silence assourdissant. Malheureusement pour moi j’ai toujours eu la comprenette difficile, si bien que mon corps a passé ma vie à hurler dans mes oreilles des choses que je ne voulais pas entendre. Pourtant, une petite voix en moi devait pertinemment savoir que sans elles, pas moyen de franchir l'étape suivante!

Maintenant, je me dis qu’il y a une conséquence supplémentaire à ces perturbations physiologiques qui pour être inattendue n’en est pas moins drôlement positive : j'arrive à tranquilliser mes filles. Oui, parce que figurez-vous que chaque fois qu’elles ont une douleur quelconque elles m’appellent. Quand elles commencent par "Tu vas me dire que tu n'es pas docteur", je sais tout de suite ce qu’il va y avoir après... Non, ma chérie, ce n’est pas un pneumothorax, pas une péricardite, tu ne vas pas mourir d’un coup parce que tu as etc etc (rayez la mention inutile). Leur crise d’angoisse calmée, je les expédie chez le docteur qui  "Oh c’est drôle Mamounette il m’a dit eg-zac-te-ment pareil que toi!".

J’ai raté ma vocation.

J’aurais dû faire médecine.