Je suis très curieuse (c'est une grande qualité, comme vous savez), et quand j'étais jeune une question me taraudait systématiquement: que s'était-il passé avant que les femmes de ma famille se déshabillent de leur nom pour se vêtir de celui de leur mari?

Voici la réponse que m'avait fait ma Marraine.

 

"Comment j'ai connu Maurice?

Eh bien j’avais dix-sept ans, tu sais j’étais une jeune fille sérieuse, je ne couchais pas avec les garçons, remarque Maurice non plus! Enfin je veux dire il était sérieux aussi, mais le sexe l’intéressait beaucoup. Et justement il fréquentait une fille, elle s’appelait Germaine, elle n’était pas spécialement jolie, elle était même un peu doudouille d’ailleurs ! Mais elle couchait avec tout le monde !

Un jour que j’étais allée au cinéma eh bien je vois Maurice, il s’était mis tout derrière sous le balcon où j’étais assise, et il embrassait la Mémaine sur la bouche, oh lala lala!! Et il l'embrassait, et il l'embrassait!! Moi, je n’étais pas intéressée par ces choses-là, alors je m’en fichais un peu.

Un jour, on est sortis à la fête foraine, et Mémaine, pour faire marronner Maurice, elle a fait semblant d’être attirée par un autre. C’était une sacrée, la Mémaine ! Alors histoire de l’embêter, Maurice est venu me faire la cour. Mémaine elle crevait de jalousie, car Maurice tirait très bien et il avait gagné un nounours, une poupée et je ne sais plus quoi et je tenais tout ça dans mes bras ! Finalement, dès le lendemain, Maurice est venu me revoir, sur son petit vélo. Mon père n’était pas content, il a dit : "C’est quoi cette coterie encore ?"

Et on a commencé à sortir ensemble tous les dimanches. Et puis un jour j’ai eu une pleurésie. Oh, ça a bien duré plusieurs mois !! Le médecin des Chemins de Fer a dit que si je n’allais pas mieux il faudrait me faire une ponction alors j’étais très inquiète ! Je me rappelle, mon grand-père m’avait apporté du vin de pays qu’il avait fait avec sa vigne de son jardin de l’Isle-Adam, pour me soigner ! Il m’avait dit : "Tu bois tout, hein !". J’étais drôlement guillerette !

Mais il a quand même fallu que je parte à la montagne, à St Gervais. Oh lalalalala !! Ça a été un déchirement épouvantable quand j’ai dû quitter ma famille !!! Je te jure : toute ma famille était venue me conduire à Paris gare de Lyon, et je pleurais, je pleurais... Je pleurais tellement que toutes les autres personnes dans le wagon pleuraient aussi ! 

Finalement, je m’y suis beaucoup plu, à St Gervais ! J’ai beaucoup pleuré en arrivant et j'ai beaucoup pleuré en repartant !

Donc voilà, on s’est mariés quand je suis revenue. En fait tu vois à un moment je commençais à avoir mal au cœur et à me sentir pas bien. Mais bon, je ne savais pas trop ce que ça pouvait être. Et puis Maurice m’a emmenée voir son médecin, et c’est comme ça que j’ai su que j’étais enceinte de trois mois ! Alors on s’est mariés et on ne s'est plus jamais quittés !

dechirement epouvantable