jeudi 29 juin 2017

Trois heures

Vous ne le savez peut-être pas, mais je n’aime pas le téléphone. Autant dire qu’à notre époque, je passe pour un dinosaure, à fustiger ce maudit appareil qui sonne "tout le temps", en tout cas, toujours trop à mon goût. Il m’arrive d’ailleurs d’éteindre la sonnerie du téléphone fixe (j’ai même pensé à m’octroyer une "journée par semaine sans téléphone") pour ne pas avoir à répondre. Quant au portable n’en parlons pas, je ne m’en sers que comme appareil photo. Mes filles ont fini par s’adapter en m’écrivant aussi des mails et des... [Lire la suite]

jeudi 22 juin 2017

37°8 le soir

Comment ai-je pu imaginer ne serait-ce qu’une seconde que je pourrais nager un mercredi après-midi avec 37° à l’ombre ? Ceci étant, ce n’est pas plus mal, vu que j’avais ressorti mon maillot deux-pièces sans avoir, dans ma hâte de me rafraîchir, pris au préalable la précaution de voir dans quel état il était. Cuit. Archi-cuit même, pourrait-on dire, si l’on considère le fait qu’à peine fus-je immergée, je le sentis se décoller de ma peau, prêt à s’évader. Heureusement, comme dit plus haut il y avait foule. Et c’est au centre... [Lire la suite]
Posté par Ambre Neige à 11:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 21 juin 2017

J'ai rencontré mon coeur

J’y ai fait allusion ici ou là : j’ai repris les cours de yoga. Sur un coup de tête. Un coup de tête mûrement réfléchi puisque c’était sur ma "liste" depuis un an ou deux, entre devenir championne d’apnée et faire le tour du monde à la nage. Un coup de tête, donc, un beau jour de la fin mars, alors que l’année scolaire se termine et que les cours itou. C’est complètement idiot, je sais (mais c’est un peu le principe de faire les choses sur un coup de tête). Ce à quoi je ne m’attendais pas, mais alors pas du tout, c’est d’y... [Lire la suite]
Posté par Ambre Neige à 10:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 4 juin 2017

En gris et noir

Hier, je me rends à la gare quand se pointent les prémices d’une migraine ophtalmique. Sur le quai, plus aucun doute n’est possible : des taches blanches et brillantes ne cessent de faire la gigue devant mes yeux, occultant mon champ de vision. Je suis sujette à ce genre de crise (sans doute un effet secondaire de ma grande zénitude en devenir), et pour la faire passer plus vite je m’allonge généralement dans le noir avec un bandeau sur les yeux. Je sais bien que les gens ne s’étonnent plus de rien (c’est vrai tout... [Lire la suite]