0001

 

J'avoue, j'ai passé les 3/4 de mon existence à vivre d'emm d'amour et d'eau fraîche. Pour une raison très simple, le matériel ne m'intéressait pas. Les gens oui, ce qu'il y a dans leur tête, oui. Mais le reste .. Il faut bien reconnaître qu'il me l'a bien rendu! Or depuis quelques temps, voilà que j'attache de l'importance à des choses qui n'en ont jamais eu pour moi. Un certain confort, par exemple. Vous savez, avoir chaud. Ou encore avoir doux. Autrement dit, je me crée des besoins (des désirs?) que je n'ai jamais eus. Du coup, mon budget est tout surpris: qu'est-ce que tu me fais, là?

Ce que je te fais là? Je ne sais pas, la crise de la soixantaine?

Ce qui m'amène tout naturellement à parler du sujet qui fâche: les sous. Chaque matin lorsque j'ouvre les yeux, je pense à tous ceux qui les ouvrent sur rien du tout, pas de toit au-dessus de leur tête. Je pense à ceux qui ont froid (c'est ma grande obsession en ce moment, je ne sais pas pourquoi), et du coup, tout le confort dont je manque me paraît largement supportable. Je pense surtout au grand nombre de gens que je connais, qui ont un travail à temps plein et qui ne s'en sortent pas. Quand j'étais gamine, c'était pourtant simple: si tu voulais gagner de l'argent, tu bossais. Maintenant tu bosses, et t'as pas un rond. Pire: tu paies plus que ceux qui en ont! Que s'est-il passé?

Dans le même ordre d'idées, vous êtes-vous déjà demandé comment ça se fait que dans les jeux télévisés, on voit un candidat unique repartir avec une somme astronomique (100000, parfois 200000 euros) et que trois secondes plus tard, le même présentateur vous sollicite, vous qui n'avez pas un radis, pour une cause humanitaire ou autre? Et les 100000 euros, là, on n'aurait pas pu les donner directement à ceux qui en ont besoin au lieu de les réclamer à ceux qui en ont besoin aussi? Franchement, si quelqu'un a une explication, je serais heureuse de la connaître!

Bon, à part ça, je ne me plains pas, je sais que je fais partie des privilégiés, même si mon solde bancaire se tient à une distance plus que respectable des 100 000 euros. En même temps, à mon humble avis, à moins que je croise un milliardaire et qu'il tombe fou amoureux de moi, je suis à l'abri du malheur jusqu'à la fin de mes jours, puisque comme tout le monde le sait, "L'argent ne fait pas le bonheur"!!