Bonjour à vous,

en ce beau mardi je vais vous parler de la dernière lecture qui m'a enchantée, il s'agit de "Mémé" de l'acteur Philippe Torreton. Merci à ma soeur de m'avoir donné envie de le lire en me citant le passage ci-dessous, parce que lors de sa sortie, je l'avais boudé (j'ai eu peur que ce soit triste, ce qui n'est pas du tout le cas).

<< Je trouvais sa pierre tombale trop neuve. Ça ne lui allait pas, il aurait fallu que sa tombe soit déjà mousseuse et licheneuse, une tombe à l’ancienne. S’il ne tenait qu’à moi, (…) j’aurais planté un arbre, pour que ses racines te prennent et t’aspirent et te fassent monter dans ses feuilles, comme ça le vent t’aurait fait changer enfin, librement, comme ça des petits auraient pu continuer à grimper sur toi pour voir plus loin, comme ça tu aurais pu encore nous indiquer les saisons qui passent, nous qui mangeons n’importe quoi, n’importe quand...

Eh bien ce fut une belle découverte: cet homme écrit super bien! Ça m'a donné envie de lire un autre de ses livres!

Voici le passage que j'ai envie de partager avec vous:

<< Au collège, je me souviens avoir fabriqué une pelle à poussière (…). Je te l’ai offerte, mémé. Sans me vanter, je crois que ça t’a vraiment fait plaisir. C’était utile, durable, fabriqué par ton petit-fils, preuve qu’il a vraiment deux mains, une droite et une gauche, c’était le signe que cette école a encore les pieds sur terre, et puis ça ne m’avait rien coûté en argent et ça aussi c’était plutôt rassurant. Ce n’était pas de la pingrerie, c’était le bon sens que donne la pauvreté, l’argent doit être dépensé pour des choses qui en valent la peine, un toit la nourriture et l’énergie, le reste ce n’est pas nécessaire. Un cadeau ce n’est pas nécessaire, ce qui compte c’est d’être là.

DSCN3666

Pourquoi mets-je une photo de Rouen?

"Mémé" habitait la banlieue rouennaise..

 

Et vous? Que lisez-vous en ce moment?